AirTag vs traceur GPS : quelle est la différence ?

Vous avez probablement entendu parler de l’AirTag, le nouveau produit Apple sorti au printemps. En quoi consiste-t-il ? Peut-il se substituer à un traceur GPS ? Dans cet article, nous prenons le temps de vous dresser les différences entre ces deux objets qui, vous le verrez, présentent bien des divergences.

Le 30 avril 2021, Apple a lancé les AirTags : une sorte de petit ovni circulaire à peine plus gros qu’une pièce de deux euros (31,9 mm) relié à un Iphone et permettant de remettre la main rapidement sur un objet égaré. Ils ne sont pourtant pas les premiers sur le marché : les Américains Tile (depuis 2013), les Français Wistiki ou encore plus récemment la version Samsung (le SmarTag) proposaient déjà cette technologie. Mais comme souvent, quand il s’agit d’un produit Apple, le buzz est au rendez-vous.

13 points de comparaison entre les AirTags et les traceurs GPS

Dans le tableau ci-dessous, vous pourrez comparer les caractéristiques principales d’un AirTag face à celles d’un traceur GPS. Le match est lancé !

Précédent
Suivant

L’atout majeur du AirTag : sa communauté !

Il faut bien l’admettre, l’AirTag dispose d’un avantage non-négligeable : sa communauté Apple. Elle permet de localiser le capteur à l’aide du Bluetooth des portables des autres utilisateurs et d’exploiter leurs géolocalisations en cas de perte ou de vol. « Il y a des milliards d’Iphone sur Terre qui vont traquer tous les Airtags en circulation », note-t-on sur la chaîne Youtube Mac4ever qui regroupe des passionnées prenant un malin plaisir à tester et commenter les technologies de la firme.

Le revers de la médaille, c’est qu’en cas de vol ou de perte dans une zone reculée et peu habitée, la technologie Bluetooth, qui ne fonctionne qu’en courte distance, se retrouvera impuissante pour communiquer sa position.

Chez TRAKmy, notre traceur GPS MAXI utilise le réseau Sigfox pour suivre les déplacements du traceur. En cas de vol dans une zone dépourvue de réseau, le tracker sera en mesure d’établir un périmètre plus ou moins grand de sa localisation par triangulation. Et comme le traceur TRAKmy émet lui aussi en Bluetooth, il sera possible d’affiner la recherche dans la mesure où, si le traceur et le portable parviennent à communiquer, cela signifiera que l’utilisateur se situe à quelques mètres de l’appareil.

Membre du réseau AirTag sans consentement

Mac4ever relève d’autres points négatifs : « On ne peut pas choisir de ne pas être membre du réseau AirTag, sauf à désactiver la géolocalisation ou le Bluetooth. » Effectivement, dès lors qu’une personne utilise un Iphone, il devient malgré lui un traqueur anonyme.

La chaîne Youtube déplore aussi un « discours flou » autour de la dénomination de l’objet. « Apple se refuse de les nommer comme traqueurs. Pourtant, ça en est bien un mais la marque ne l’explique pas vraiment. Ce flou génère une certaine incompréhension. »

L’AirTag indique au voleur qu’il est tracé

Oui oui, vous avez bien lu. Apple a développé un système qui permet, pour les propriétaires d’un Iphone (il existe aussi une application pour les propriétaires d’Android), d’être prévenus qu’ils sont traqués par un traceur inconnu. Vous pourrez mettre la main dessus grâce au Bluetooth et le désactiver. Utile me direz-vous ! Mais cela signifie aussi, qu’en cas de vol, le voleur sera prévenu de la présence de ce traceur, lui permettant de le désactiver et de s’envoler tranquillement avec son butin.

Ce paramétrage a été développé pour des questions de protection de la vie privée, dans l’optique que l’AirTag ne soit pas utilisé à des fins malveillantes. Mac4ever l’explique parfaitement dans sa vidéo. Voici l’extrait ci-dessous👇

Apple veut empêcher l’utilisation de ses AirTags comme mouchards

Face aux usages détournés de son Airtag par des esprits malintentionnés (femmes suivies, voitures volées ou maisons cambriolées), Apple a décidé en cette début d’année 2022 de prendre encore plus de mesures pour s’assurer que son objet connecté ne soit pas utilisé pour suivre une personne ou voler un véhicule.

« AirTag a été conçu pour aider les gens à localiser leurs affaires personnelles, et non pour suivre les personnes ou les biens d’autrui », écrit Apple d’elle-même.

Les experts en sécurité de la marque à la pomme et des législateurs travaillent de concert pour trouver les meilleures solutions afin de limiter ces pratiques.

Parmi les mesures qui devraient être mise en place dans le courant d’année 2022 :

  • Mise à jour de son algorithme pour informer plus rapidement les utilisateurs qu’un tracker indésirable est placé près d’eux ;
  • Les utilisateurs d’iPhone 11, 12 et 13 pourront utiliser Precision Finding pour voir exactement où se trouve un AirTag inconnu lorsqu’il est à portée ;
  • Envoie de notifications aux iPhone lorsqu’un AirTag inconnu émettra pour la première fois une alerte sonore ;
  • L’accent sur des tonalités plus fortes et plus aigües.
  •  

Retrouvez plus d’informations sur les raisons qui ont poussé Apple à ajouter ces nouvelles dispositions en cliquant sur le lien ici.

L’AirTag pour des objets perdus, le traceur GPS pour lutter contre les vols

Pour résumé, si l’AirTag possède bien des atouts non négligeables dans sa manche (taille, pile remplaçable, communauté Apple, prix), il ne peut se substituer au traceur GPS puisqu’il ne répond pas aux mêmes usages. 

L’AirTag est adapté pour se prémunir de la perte d’objets (clés, sacs, doudous etc.) dans un environnement local, à l’échelle d’une habitation par exemple. « Ce n’est pas prévu pour des vols plus longs, pour du tracking. Il ne faut pas compter là-dessus à 100% », commente-t-on du côté des Youtubers de chez Mac4ever mais aussi de chez Nowtech, qui a titré sa vidéo : « AirTag, ce n’est pas un antivol. » 

Apple l’avance de son propre aveu (« AirTag a été conçu pour aider les gens à localiser leurs affaires personnelles, et non pour suivre les personnes ou les biens d’autrui ») et a décidé, début 2022, de renforcer les mesures pour qu’il ne soit utilisé que dans son usage initial. Ces dispositions l’éloignent donc encore un peu plus d’un usage consistant à retrouver un objet volé.

De son côté, le traceur GPS a été conçu pour traquer des biens (souvent des véhicules). Il transmet sa position GPS à une plateforme, parfois en temps réel, et, surtout, ne communique en aucun cas sa présence.

Associée à une application, comme celle de TRAKmy, les utilisateurs peuvent obtenir l’adresse de localisation du tracker, l’itinéraire et l’historique des trajets effectués, et bien sûr l’horodatage de ces activités.