fbpx

Comment éviter le vol sur chantier dans le secteur du BTP ?

Photo de présenation de l'article avec un ouvrier sur chantier

Le vol sur chantier : un fléau pour les acteurs du secteur BTP

Le vol sur chantier est aujourd’hui un fléau qui se répand, et tend à devenir habituel dans le secteur du BTP. Petites comme grandes entreprises, sont régulièrement victimes de ce type de faits. La plupart de ces entreprises du bâtiment sont confrontées aux :

 

  • Vols d’engins de chantier ou véhicules avec leur contenu
  • Vols de matériaux et équipements techniques en attente de pose ou bien déjà posés
  • Vols d’outils en tout genre ou petits matériels.

Malheureusement nous voyons régulièrement des articles sur ces vols:

 

  • En France et plus récemment sur Caen (le 27 février 2020), trois jeunes hommes ont été interpellés car suspectés d’avoir dérobé du matériel sur un chantier (lien vers l’article: ici).
  • En Belgique, l’impact pour les sociétés du bâtiment est aussi important à en croire un article dans « La Chronique »: ‘Mohamed Ouriaghli, Echevin en charge du logement à la Ville de Bruxelles, lui a été très clair. A l’en croire, 11 vols de matériel de chantier seraient répertoriés quotidiennement. (…) Et au rayon butin, tout y passe: petit outillage à main, matériel électrique, échelle (une denrée très appréciée) et même les feux tricolores… Des pratiques qui sont à ce point répandues qu’elles en viennent à impacter les prix remis par les entrepreneurs à leurs clients.  De fait, le montant global de ces vols est tout sauf dérisoire puisqu’il est évalué à 80 millions d’euros par an, soit le coût approximatif pour la construction de 400 logements… La Régie du bâtiment de la Ville en a elle-même fait les frais: deux de ses sites de logements terminés ont été saccagés et le matériel électro-ménager y a été partiellement ou totalement dérobé.’

Effectivement, nous sommes forcés de constater que sur un chantier, tout peux se voler : de la mini pelle à un simple marteau piqueur, n’importe quel équipement suscite les convoitises. En effet, lorsque l’on s’intéresse à leur valeur financière, nous comprenons vite pourquoi ces types de biens sont dérobés.

 

Il existe plusieurs astuces pour limiter les vols comme : la délimitation d’une zone de chantier avec du grillage par exemple, limiter le nombre d’entrées ou encore limiter la quantité de stock sur site. Bien que pratique, ces astuces ne sont pas toujours efficaces, puisque lorsque les équipes ne sont plus sur le site, il est difficile de surveiller ses engins de chantier.

Photo d'un ouvrier avec écrit "65% des entreprises signalent 3 vols importants dans l'année"

Selon la Fédération Française du Bâtiment, le préjudice annuel concernant le vol est estimé à plus d’un milliard d’euros. Cela représente environ 1% du chiffre d’affaires du secteur.

 

En effet, nous pourrions penser qu’un pourcent du chiffre d’affaires n’est qu’une partie infime. Hors Pour les entreprises à taille humaine, il s’agit d’un vrai fléau, qui fait disparaître leurs investissements en quelque minutes. Ce n’est pas seulement le vol de matériel qui va poser problème à l’entreprise mais aussi le remplacement de ce matériel ainsi que le retard sur le chantier causé par le vol.

Cela implique donc une perte considérable pour les entreprises du BTP. Ce phénomène ne date pas d’hier puisque dès 2008, la démarche « Ras le Vol » voit le jour. Cette démarche est accompagnée par le Ministère de l’Intérieur. C’est une collaboration la FFB et la Direction centrale de la sécurité publique. L’objectif étant de créer un logiciel d’évaluation des risques sur un chantier. Cette démarche a également permis la formation de policiers et gendarmes spécialisés dans la préconisation et l’analyse des risques sur chantier, censé aider les entreprises à limiter le vol.

 

Du côté des assureurs, la tendance est également à la mobilisation, puisque l’on a pu observer une baisse des franchises comme nous le témoigne Yves Cabane, chef de projet « Dommages aux biens » à la SMABTP : « Nous soutenons les entrepreneurs qui choisissent de se prémunir activement contre le vol ».

 

Cette initiative va réduire le montant de la franchise des entreprises qui équipent leur matériel d’un système antivol GPS ou RFID. Ou bien les entreprises qui prennent des mesures préventives effectives sur le chantier.

La solution de sécurisation TRAKmy pour sécuriser vos chantiers :

C’est dans cette optique que s’inscrit la démarche de TRAKmy autour de deux produits phares pour lutter contre le vol à distance avec le traceur ULTRA ainsi que le traceur COMPACT. Pour des engins de chantier c’est la solution idéale.

 

En effet, TRAKmy propose une application mobile qui va vous permettre de géo localiser tous vos engins munis d’un de nos traceur GPS. Cette solution est efficace, puisque de nos jours, nous avons toujours en main nos smartphones ce qui nous permet d’être informé en cas de problème. Grâce à cette application, vous pourrez également définir une zone de sécurité pour votre engin et être informé directement si celui-ci en sort. Et enfin activer le mode vol si celui-ci connaît des déplacements non volontaires. Cette application utilise le réseau sans fil et basse consommation Sigfox, qui couvre actuellement 94% de la population française.

 

Cet investissement dans un système de géolocalisation antivol pour des professionnels est un outil indispensable, de plus celui-ci sera rapidement rentable de par la sensibilité des assurances à ce type de produit mais aussi de par l’importance de vos engins dans votre activité.