fbpx

Reprise des chantiers et COVID-19 : il va falloir s’adapter

photo d'un ouvrier sur un chantier

La crise sanitaire du COVID-19, a en effet mis à mal les entreprises françaises, qui ont dû cesser leurs activités. Il en est donc de même pour le secteur du BTP et des chantiers. Après plus d’un mois d’arrêt, on pourrait entrevoir une reprise des chantiers sur le sol français. Le secteur du BTP représente tout de même 300 000 emplois locaux sur tout le territoire national et 8 000 entrepreneurs dont 98 % de TPE / PME, selon Bruno Cavagné, président de la FNTP. Face à cette situation d’urgence, le secteur du BTP n’attendra pas la fin du confinement pour reprendre son activité progressivement. Puisqu’en effet, selon le Ministère du travail, les entreprises du BTP sont essentielles à l’économie et au bon fonctionnement du pays. Pour pouvoir parler d’une réelle reprise, les entreprises vont devoir respecter de nombreuses règles, et on pourrait même parler d’une réelle réorganisation du travail.

Les risques liés à la crise :

Bien que la crise sanitaire ne soit pas finie et qu’il est bien évidement impossible de donner une date de fin à cette épidémie, nous pouvons tout de même commencer à mettre en avant les difficultés auxquelles va être confronté le secteur du BTP :

 

  • Une baisse des appels d’offres qui menacerait la vie de TPME et PME. De plus, le report des élections municipales pour protéger la santé de tous, n’a fait que stopper les projets commandés et sont à l’arrêt. De plus, les finances des collectivités ne ressortiront que fragilisées se qui ne fera que creuser le faussé. Selon une première estimation de la Fédération nationale des travaux publics, « l’impact de la crise sur les recettes des collectivités locales pourrait ainsi atteindre jusqu’à 9 milliards d’euros en 2020, ce qui n’est pas bon signe » (pour plus d’informations cliquez : ici).
  • Une baisse de la trésorerie des entreprises due au report des charges. Mais aussi aux coûts liés à la crise du COVID-19 comme : l’arrêt total ou partiel de l’activité des entreprises pendant plusieurs semaines et le coût en matériel destiné à protéger les salariés des entreprises.
  • Une baisse de la productivité liée aux nouvelles règles de travail.
photo de document pour la repise des chantiers

Un guide de bonnes pratiques publié par l'OPPBTP :

Afin de pouvoir observer une reprise des chantiers dans une situation quelque peut inédite, l’Organisme professionnel de prévention du Bâtiment et des travaux publics (OPPBTP), a publié un guide de bonnes pratiques. Il a pour but d’assurer sécurité et santé aux salariés des entreprises du BTP. Soutenu par la CAPEB, la FFB mais aussi la FNTP, ce guide devra être appliqué par les entreprises pour une reprise progressive. Voici les principaux points :

 

  • L’obtention préalable pour poursuivre le/les chantiers du/des clients.
  • La sécurité du personnel en grand déplacement.
  • La sécurité des apprentis mineurs durant la période de crise.
  • Le respect des gestes barrières pour lutter contre la propagation du virus.
  • L’obligation du port du masque dans certaines situations.
  • La gestion des accès en entreprise ou sur les chantiers des salariés ou d’autres intervenants.
  • La désignation d’un « référent COVID-19 » sur les chantiers.
  • Information et communication de l’entreprise auprès des salariés sur la compréhension et le respect des consignes.
  • Ne pas négliger les autres risques traditionnels liés aux chantiers (exemple : chute).
  • Le respect des autres consignes particulières liées aux bureaux, dépôts ou engins.

Si vous souhaitez avoir plus d’informations concernant le guide cliquez : ici !

 

Les entreprises du BTP et leurs salariés vont donc devoir faire preuve d’adaptation pour reprendre l’activité. Même si il paraît compliqué de pouvoir mettre en place la totalité des règles, il va donc falloir s’y plier. En revanche, ce qui ne sera pas sans conséquences pour les entreprises. Cela va avoir un coût considérable, en terme d’équipement et de baisse de productivité. A cela s’ajoute également la difficulté pour trouver des moyens de protection rapidement, indispensables pour les salariés. Mais il est nécessaire que cette reprise se face autour de la santé et de la sécurité de tous.

photo d'un salarié présent sur un chantier entrain de travailler sur l'ordinateur

TRAKmy et le secteur du BTP :

TRAKmy s’engage depuis le début avec l’ensemble de son équipe dans la lutte du COVID-19. Dans un premier temps, TRAKmy a déposé des dossiers pour répondre à l’Appel à solutions innovantes en vu de lutter contre la crise sanitaire. Dans un second temps, elle a mis à disposition son stock de traceur GPS. Destiné aux établissements de santé et aux transporteurs de matériel, l’objectif est de sécuriser et stopper les vols de matériel indispensable en cette période.

(Pour plus d’information c’est : ici).

 

Aujourd’hui, TRAKmy souhaite accompagner et venir en aide aux entreprises du BTP. Actuellement en pleine préparation de reprise des chantiers. Il ne faut pas pour autant en oublier les risques plus « traditionnels » que l’on peut trouver sur un chantier. Nous avons pu constater une nette augmentation des vols d’engins de chantier. Aujourd’hui, ils représentent environs 1 milliard d’euros du chiffre d’affaires du secteur chaque année selon la FFB.  Face à ce phénomène, TRAKmy souhaite proposer sa solution de tracking. Elle permet bien évidement de lutter contre le vol et de pouvoir partir sereinement du chantier quand il n’y a plus personne. C’est une offre simple d’utilisation et d’installation qui vous permettra de géolocaliser vos engins à distance. Il est aussi possible de programmer des zones de sécurité, ainsi que d’activer un mode vol en cas de déplacements non autorisés. Pour plus d’informations sur notre solution c’est : ici.

infographie sur les vols sur chantiers

Laissez nous votre email et nous vous envoyons tout de suite votre guide pour bien choisir votre traceur GPS