[INFO PRATIQUE] COMMENT DEPLOYER UNE SOLUTION DE GEOLOCALISATION AUPRES DE VOS EMPLOYES

Employé en voiture

ALLER AU-DELA DU SEUL CADRE LEGAL

L’introduction de la géolocalisation en entreprise doit respecter un cadre légal strict, défini par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ainsi que le code du travail.
Cependant la géolocalisation se heurte aussi à une réticences des salariés et des représentants du personnel.

C’est pourquoi TRAKmy mettes à votre disposition 6 conseils pour réussir au mieux l’implantation de la géolocalisation et ces vertus. 

Traceurs GPS et la Loi

Comment déployer une solution de géolocalisation ?

1. Le changement, source d’inquiétudes et de fantasmes

2. La géolocalisation, un vrai « plus » pour les salariés

3. Rallier les indécis, contrer les opposants

4. CE et CHSCT : misez sur l’information

5. Information des salariés : l’oral avant l’écrit

6. S’appuyer sur les garanties du cadre légal

1.Le changement, source d'inquiétudes et de fantasmes

La géolocalisation change les repères. Les employeurs voient dans la géolocalisation une source d’efficacité et de productivité. Ils ont raison! Mais ils ne doivent pas oublier qu’elle ne change les repères des salariés et la façon dont ils perçoivent leur métier.

Ils avaient pour habitude d’être seul et loin du regard de leur manager. Ils se sentent désormais « observables » en permanence.

Laisser s’exprimer les inquiétudes. L’intérêt de l’entreprise est de laisser s’exprimer ces inquiétudes, de les reconnaitre et de les prendre en considération. Puis d’apporter des réponses concrètes et des garanties. Laisser des groupes de personnes ou des personnes seuls venir à vous pour exprimer leurs inquiétudes. Dans des entreprises familières à la culture de la discrétion, cet exercice est très important et permettra d’instaurer une relation de confiance concernant le suivi GPS.

2.Un vrai "plus" pour vos salariés

Comme toute technologie numérique, la géolocalisation apporte à ses utilisateurs des avantages immédiats et conséquents. Les salariés ne peuvent pas les mesurer tant qu’ils n’ont pas utilisé le système, d’où l’importance de les présenter.

Moins de stress et plus d’efficacité

La position de chaque véhicule et son de temps de trajet jusqu’aux points à desservir sont connus: le travail est mieux organisé, les échanges téléphoniques avec le siège moins nombreux, les retards et pertes de temps plus rare.

Plus de sécurité

Les salariés qui circulent dans des secteurs délicats ou avec des marchandises de valeur sont suivis en continu : toute anomalie est constatée instantanément.

Moins de tâche administrative

Les feuilles de pointages d’heures, les temps passés en trajet, les interventions sur des chantiers ou chez le client, peuvent être relevés automatiquement par le système.

3.Rallier les indécis, contrer les opposants

Pas plus de 2% de vrais opposants

Face à tout grand projet de changement, la géolocalisation telle que la perçoivent les salariés en fait partie, on trouve presque toujours dans les entreprises : 

  • 1 à 2% d’opposants résolus, pour des raisons idéologiques ou par souci de préserver leur confort personnel;
  • 8 à 10% de partisans convaincus qui voient arriver le changement d’un bon œil;
  • 90% d’indécis et d’attentistes. Ils ont un à priori favorable mais se posent des questions ou des inquiétudes.

La direction doit prendre la parole

Une direction qui prend la parole occupe le terrain et diffuse son propre message.

Celle-ci doit à la fois répondre aux inquiétudes et vendre les atouts de la géolocalisation. Ainsi, elle réduit l’influence des opposants et donne aux indécis des raisons de se rallier au projet.

4.CE & CHSCT : fournissez un maximum d'information

Un avis consultatif, pas un accord.

La loi vous oblige à solliciter l’avis du CE et du CHSCT (Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail), mais pas d’obtenir leur accord: un avis négatif ne vous empêche pas d’équiper vos flottes.

Pour autant, vous n’avez pas intérêt de bruler les étapes. Jouez à 100% le jeu de l’information et du dialogue.

Rencontrez les secrétaires du CE & CHSCT

La loi impose un délai d’examen minimum de 15 jours. Si vous avez de bonnes relations avec les secrétaires du CE et du CHSCT, profitez de cet intervalle pour les rencontrer individuellement en bilatéral les écouter, approfondir vos explications et « sentir » le terrain. Vos interlocuteurs apprécieront d’être mis dans la boucle.

5.Information des salariés : l'oral avant l'écrit

Des réunions d’information par petits groupes

La loi impose aux employeurs d’informer leurs salariés par écrit, avec au minimum un courrier remis en mains propres et une note d’information au tableau d’affichage.

Demandez aux membres du projet de groupe d’organiser par petits groupes des réunions d’information et d’échange de 20 à 30 minutes. A nouveau, équilibrez leur contenu entre atouts de la géolocalisation et prise en compte des attentes et des inquiétudes : invitez les salariés à réagir et à s’exprimer. Ces réunions permettent, de montrer aux salariés une volonté de transparence mais aussi notamment d’avoir le même discours pour tout le monde.

6.S'appuyer sur les garanties du cadre légal

Même si la légalité d’un projet de géolocalisation ne suffit pas à convaincre les salariés, il faut savoir l’utiliser au cas par cas pour fournir certains éléments de réponse. Les salariés ne sont pas démunis, loin de faut. La loi les protège et leur fournit des moyens d’agir en cas de dérive sur :

  • Le détournement de finalités;
  • Le stockage de données personnelles sans limitation de durée;
  • La divulgation non maîtrisée de données personnelles;
  • L’accès aux données personnelles.

Les traceurs GPS TRAKmy :

photo du traceur gps ultra
traceur compact

Le traceur GPS ULTRA

Le traceur GPS COMPACT

Laissez nous votre email et nous vous envoyons tout de suite votre guide pour bien choisir votre traceur GPS