Gérer sa flotte de véhicules à l’aide des objets connectés

La gestion de flotte de véhicules est un métier en profonde mutation depuis la démocratisation des technologies connectés qui permettent de gérer son parc à distance (grâce à l’asset tracking). Aujourd’hui, ces dernières offrent : un gain de temps conséquent en termes de logistique et une sécurité accrue des actifs.

Avec 33% des entreprises européennes recourant à une flotte équipée de télématique embarquée (chiffres de 2020), les objets connectés ont démontré leur intérêt stratégique dans la vie d’entreprise et de nombreux secteurs économiques les adoptent. Et ce n’est que le début ! Les besoins sont grandissants et en face, l’offre et la fiabilité des technologies connectés ne font qu’accroître.

Dans ce document joint, on vous explique plus en détails ce qu’est et comment s’articule la gestion de flotte de véhicules, avec des cas concrets dans lesquels vous pourrez vous retrouver.

Cliquez ci-dessous 👇

(Extrait du document) Trois exemples concrets de l’utilisation de la géolocalisation pour la gestion de sa flotte de véhicules

Les secteurs concernés sont légions. Intéressons-nous plus en détail à trois exemples concrets :
  • Ramassage des ordures : il s’agit d’analyser les trajets des camions, leurs arrêts, leurs ralentissements pour en optimiser le trajet et la consommation de carburant.
  • Transport routier : en monitorant le comportement des chauffeurs, on diminue les risques d’accident liées à la fatigue. Les capteurs surveillant la mécanique permettent d’anticiper les pannes en effectuant une maintenance prédictive.
  • Vélos en libre service : assurer un service efficace en temps réel, en permettant aux usagers de géolocaliser les vélos disponibles.
Dans chacun de ces exemples, les coûts de fonctionnement baissent et la qualité de service est améliorée.

L’intérêt stratégique des objets connectés dans un cycle de chaîne d’approvisionnement

Qu’est-ce que la supply chain ?

Désormais, il est plus aisé d’identifier la localisation de ses actifs, leur intégrité durant leur stockage et leur transit, et d’anticiper leur arrivée à destination. Au-delà de la technologie GPS (qui permet la géolocalisation par exemple d’un conteneur), d’autres technologies (capteurs, senseurs) se complètent pour apporter une vision globale à la chaîne logistique d’une entreprise. Le supply chain, en français chaîne logistique ou chaîne d’approvisionnement, est un terme désignant l’ensemble des opérations nécessaires à l’accomplissement d’un service logistique. Elle peut être rattachée à l’une ou plusieurs des étapes ci-dessous :

  • L’extraction (de matières premières).
  • Le transport.
  • La production.
  • Le stockage.
  • Le circuit de vente au client final.

Dans ce document joint, nous vous expliquons l’intérêt stratégique et les cas d’usages des objets connectés (capteurs, traceurs etc.) dans un cycle de chaîne d’approvisionnement (supply chain).

 

Cliquez ci-dessous 👇

Des avantages opérationnels et stratégiques (extrait du document)

Les bénéfices d’une supply chain modernisée par une solution IoT (Internet des objets) sont si déterminants qu’ils créent un avantage compétitif radical entre les entreprises équipées et celles qui ne le sont pas. Amazon s’est imposé en quelques années comme un acteur hégémonique
mondial grâce à son focus client et ses processus sans cesse optimisés par l’analyse des
données de sa chaîne logistique.

Nous pouvons citer parmi les avantages les concrets :

  • L’élimination des signatures et documents papiers lors des livraisons.
  • Le suivi continu en temps réel : la base de l’asset tracking. Un suivi continu permet une
    transparence complète sur toute la chaîne.
  • L’automatisation et la robotisation des chaînes de production.
  • L’anticipation des pannes des machines mais aussi les tendances du marché avec une remontée de données instantanée.
  • Un inventaire simplifié et permanent, plutôt que les inventaires nocturnes qui ont encore lieu dans les magasins une fois par an.

Presse : La Gazette de Nîmes parle de TRAKmy et de l’actualité de sa rentrée 2021

La Gazette de Nîmes, publiée dans l’édition de la semaine du 19 au 25 août 2021 en page 10

 

Mathieu Pla, responsable développement chez Trakmy, fait le point sur notre positionnement commerciale, qui nous sommes et l’actualité de notre rentrée avec de nouvelles têtes au sein de la start-up😎 !

 

Petite correction, nous disposons, à l’heure d’aujourd’hui, de plus de 7 000 traceurs en circulation chez les particuliers.

Asset tracking : les aspects légaux

Quelles sont les étapes à franchir et à respecter pour une mise en place légale de systèmes de géolocalisation dans mon entreprise ? Cette article consiste à vous éclairer sur cette problématique.

Les salariés ont leur mot à dire

Pour la sphère pro, l’utilisation de systèmes de géolocalisation est un peu plus complexe. Tout d’abord, vous ne pouvez pas installer des traceurs GPS sans l’autorisation préalable de vos salariés. 

Il existe plusieurs méthodes managériales pour faciliter la prise de décision de vos salariés vers une réponse positive à l’intégration de Tracker GPS, nous vous les mettons à disposition dans ce document : 

Vous y découvrirez : 

1. Le changement, source d’inquiétudes et de fantasmes.

2. La géolocalisation, un vrai « plus » pour les salariés.

3. Rallier les indécis, contrer les opposants.

4. CE et CHSCT : misez sur l’information.

5. Information des salariés : l’oral avant l’écrit.

6. S’appuyer sur les garanties du cadre légal.

Si vos employés ont accepté l’utilisation de balise GPS, il vous faut tout d’abord déposer une déclaration à la Cnil.

Mais même pour les professionnels, l’utilisation de la géolocalisation a ces limites :

Les traceurs GPS et la récolte des données relatives relève du bon sens. En effet, elle doit impérativement respecter ces trois principes soutenus par l’article 6.2 de la loi du 6 janvier 1978 : « Des finalités déterminées, légitimes et explicites. » 

En effet, toutes les informations récoltées par les traceurs GPS sont des données à caractère personnel, protégé par le règlement intérieur sur la protection des données (RGPD) et l’article 9 du Code civil.

Si toutefois vous souhaitez en apprendre plus en détail sur le sujet, nous mettons à votre disposition un guide légal sur la géolocalisation en entreprise :

Vous y découvrirez : 

1. Définir les finalités de son système de géolocalisation.

2. Consulter les représentants du personnel.

3. Déclarer son système à la Cnil.

4. Informer tout les salariés.

5. Organiser la collecte et le traitement des données.

6. S’appuyer sur les garanties du cadre légal.

Suivi des équipements : quels choix techniques faire en fonction de mes besoins ?

Quels sont mes besoins en matière de systèmes de géolocalisation et comment sélectionner le matériel adéquat ? On vous aide👇

L’usage définit les choix techniques de la solution

La technologie utilisée dépend de l’usage. En effet, les cas de figure sont très divers entre tracer un camion de transport de fonds sur la route ou un transpalette dans une usine.

Les cinq principaux critères à considérer sont :

  1. Le niveau de précision : ai-je besoin de géolocaliser mon animal de compagnie perdu (à quelques dizaines de mètres près) ou une boîte de médicament dans une pharmacie (à quelques centimètres près) ?
  2. La nécessité ou non de calculer l’itinéraire jusqu’à l’objet recherché : ai-je besoin de connaître l’itinéraire de ma position jusqu’à cet objet (sur un site industriel de plusieurs bâtiments), ou seulement de savoir dans quelle pièce je dois me rendre (un hôpital) ?
  3. Une simple notion d’éloignement : il est parfois seulement utile de savoir si l’objet en question s’éloigne d’une position définie (par exemple le tracker GPS d’un vélo en train d’être dérobé).
  4. Un usage intérieur (indoor tracking) ou extérieur (outdoor tracking).
  5. Un objet en transit (conteneur sur un bateau) ou sédentaire (un chariot élévateur dans un entrepôt).

Les quatre composants de base d’une solution d’asset tracking

Une fois que l’usage a été défini, il faut ensuite choisir les quatre composants de l’architecture IoT (Internet of things : appareils physiques qui reçoivent et transfèrent des données sur des réseaux sans fil, avec une intervention humaine limitée. Cette technologie repose sur l’intégration d’un système informatique à toutes sortes d’objets) :

  1. La puce de géolocalisation, sur l’objet concerné.
  2. Le réseau auquel cette puce se connecte.
  3. La solution informatique de suivi des puces.
  4. L’application qui permet à l’utilisateur final de connaître l’emplacement de l’objet via son téléphone ou son ordinateur.

Exemple 1 : l’hôpital.

Usage intérieur, périmètre défini, modifications de l’architecture des locaux peu fréquentes

Dans le cas d’un hôpital, il est question de traquer des milliers de petits objets très
différents les uns des autres. La diversité des assets est extrêmement large : d’un lit
médicalisé à une petite boîte de médicaments. Il faut donc un système très léger et très économique.
On se tourne souvent vers la RFID (radio-identification), qui consiste à coller de petites étiquettes-antennes de quelques milligrammes, et installer des récepteurs dans tout le bâtiment.
Lorsqu’un professionnel de santé de l’hôpital recherche un objet, il fait une recherche sur un téléphone ou une tablette reliée à l’intranet qui lui montre sa localisation. Pour les matériels plus imposants (lits, machines, fauteuils), le Bluetooth ou le Wifi sont plus fréquemment utilisés, comme le fait la start-up Apitrak. L’avantage du Wifi est d’éviter l’installation de récepteurs (RFID ou Bluetooth) dans le bâtiment, en utilisant le réseau LAN existant.

Exemple 2 : le conteneur contenant du mobilier de collection.

Usage extérieur ou mixte, périmètre s’étendant sur des milliers de kilomètres, modifications éventuelles du trajet (météo, douane, accident)

Imaginons qu’un particulier australien mette à disposition du mobilier antique à un
musée au Panama. Le conteneur transite par un port néo-zélandais pour un autre
chargement, où il fait l’objet d’un contrôle, reprend la mer pour plusieurs jours jusqu’au Panama. Les meubles ont à la fois une valeur sentimentale, historique et financière.

Un simple tracking GPS a ses limites. Si le conteneur se retrouve sous un toit, le
positionnement disparaît (comme lorsque l’on passait sous un tunnel avec son GPS
auto). Un module IoT géolocalisé et connecté en cellulaire va permettre, au-delà de la simple géolocalisation, d’apporter d’autres garanties sur l’intégrité de notre conteneur :

 

  • Détection de chocs ou de mouvements ;
  • Détection de changements de température (particulièrement importante pour
    des denrées périssables) ;
  • Alerte en cas d’ouverture du conteneur ;
  • Customisation avec d’autres types de capteurs (humidité, pression…) selon les
    spécificités des biens transportés ;

La connectivité cellulaire présente l’avantage de maintenir un suivi permanent et
complet du conteneur et de sa condition.le

Les trois challenges techniques de l’asset tracking

Suivre une flotte automobile de commerciaux qui se déplacent dans une seule et même région est différent du suivi d’une flotte de poids lourds circulant en Europe, et encore plus d’un porte-conteneurs entre deux continents. Plusieurs problèmes se posent lors du suivi d’entités mobiles à travers plusieurs pays ou plusieurs continents.

1. Gestion du handover

Le handover est un terme signifiant le relais de connexion d’un objet connecté entre deux antennes. Si vous parcourez plusieurs dizaines de kilomètres en voiture, votre téléphone reste connecté au réseau en continu, passant d’une antenne à une autre sans coupures.
Le terme de handover est aussi utilisé pour le passage d’une connexion cellulaire à une connexion Wifi, ou entre plusieurs opérateurs.
Certaines technologies intègrent nativement la gestion du handover, comme le cellulaire classique (voix, SMS) ou le LTE-M (réseau bas débit). Ils sont adaptés aux usages classiques de l’asset tracking (simple envoi de la position), et peu gourmands en bande passante.

 

2. Gestion du roaming

Le roaming, le changement d’opérateur au-delà des frontières, est un problème autant technique que commercial :

 

  • Technique parce que les fréquences, les protocoles et les éléments du réseau diffèrent entre les pays.
  • Commercial parce qu’il est nécessaire d’avoir des accords signés avec chaque pays traversé par le tracker géolocalisé pour que sa connexion cellulaire soit maintenue.

Depuis une dizaine d’années, des efforts ont été faits aussi bien par les pouvoirs politiques (notamment la Commission européenne) que par les opérateurs téléphoniques, et de nouvelles solutions technologiques ont vu le jour comme la carte Machine to Machine multi-opérateur pour basculer automatiquement entre plusieurs opérateurs.

 

3. Gestion de la batterie

Comme pour tout objet connecté, l’optimisation de la batterie est l’un des enjeux majeurs. La solution la plus commune est l’optimisation de la fréquence de remontée des données.

 

Prenons l’exemple d’un engin de chantier :

 

  • Le tracker peut être alimenté par le moteur (comme un autoradio) et envoyer la position en continu. Cette solution a souvent peu d’intérêt, elle consomme de l’énergie inutilement et crée des volumes de données inutiles.
  • La seconde solution est d’équiper le tracker d’un accéléromètre qui va détecter des mouvements pertinents pour envoyer une information : démarrage le matin, départ du chantier pour récupérer des matériaux, etc. Cela peut aussi être configuré dans le sens inverse (alerte lorsque l’engin reste à l’arrêt longtemps).
  • Il est possible de ne reporter qu’à heures fixes, par exemple aux heures d’embauche et de débauche des ouvriers. Dans ce cas, la position sera envoyée chaque jour à 8h du matin et à 17h.
  • Enfin la dernière possibilité est d’avoir la position uniquement à la demande. Dans ce cas, le terminal restera en veille quasi totale tout le temps et n’enverra sa localisation que si une demande lui est envoyée.

Il est également possible de se pencher sur le type de connectivité pour optimiser la durée de vie d’une batterie en optant pour la technologie LPWAN par exemple.

À quels besoins répond l’asset tracking ?

L’asset tracking permet de localiser en temps réel des équipements ou des personnes à l’aide de technologies, comme un traceur GPS, conçues pour indiquer leur localisation. Il est notamment possible de nommer chaque équipement différemment et de les catégoriser (voiture, camion, élévateur etc.).

Chez TRAKmy, une plateforme permet de localiser à l’aide d’une carte interactive l’emplacement des équipements appareillés.

Asset tracking : des informations sur la façon dont les équipements sont utilisés

Mais ce n’est pas sa seule fonction, les analyses de suivi des équipements fournissent des informations sur la façon dont les équipements sont utilisés : temps d’utilisation, temps d’arrêt, distance parcourue, vitesse de déplacement, date de la dernière utilisation etc.

Sur la plateforme professionnelle, les données sur l’utilisation de l’équipement associé au traceur GPS apparaissent de cette manière. 

Ces informations aident l’entreprise à optimiser l’utilisation des équipements.

Ces analyses peuvent par conséquent réduire le coût de remplacement, de location et de surachat des équipements afin d’en assurer la disponibilité.

L’entreprise KAEFER WANNER l’utilise par exemple pour facturer à l’utilisation réel la location de son matériel (article ici).

 

L’asset tracking permet ainsi de :

  1. Mieux comprendre ses flux et améliorer ses process.
  2. Réduire les pertes et les vols d’équipements ou de marchandises (délimitation d’une zone dite de sécurité, dès lors que le traceur quitte cette zone, une alerte est envoyée automatiquement à l’utilisateur).
  3. S’assurer du bon suivi des consignes ou de la sécurité de ses salariés.

Une fois le service adopté, il est difficile pour les professionnels de revenir en arrière car il devient rapidement indispensable en termes de confort de logistique. Le gain de temps est considérable et comme tout bon chef d’entreprise le sait, le temps c’est… de l’argent !

Asset tracking : quels secteurs d’activité l’utilisent et pour quels usages ?

De nombreux secteurs d’activité tentent l’expérience de l’asset tracking comme solution logistique et moyen de se prémunir contre les vols. Nous en avons sélectionné sept pour qui cette solution a fait ses preuves.

Les sept secteurs d’activité phares utilisant l’asset tracking :

Mobilité

Les nouveaux moyens de transport dans les villes reposent entièrement sur la
géolocalisation. Alors que l’arrêt de bus, la station de métro, ou même la station
Vélib’ sont fixes, ce n’est pas le cas des trottinettes en libre-service par exemple.
Il est donc nécessaire de savoir exactement quelles trottinettes sont disponibles et où.

Sécurité

Pour protéger son véhicule, les boîtiers de géolocalisation permettent de retracer
le trajet d’un véhicule volé et de le retrouver. L’utilisation de solutions de géolocalisation pourrait être accélérée par une incitation des assureurs.
Par exemple, dans le domaine de l’assurance automobile, certains suppriment déjà la franchise vol lorsque le véhicule est équipé d’un tracker GPS.

BTP

Avec des vols sur les chantiers de construction qui représentent environ 1 milliard d’euros par an rien qu’en France, le secteur du BTP est l’un des premiers concernés
par l’asset tracking. Dans ce cas, il s’agit de tracer les machines, mais aussi les outils
et les matériaux (notamment cuivre et câbles).

Agriculture

Le secteur agricole déploie des solutions d’asset tracking sur plusieurs plans :

– Localiser le bétail (éviter que les animaux se perdent) ;

– Sécuriser le matériel de valeur, comme les boîtiers de GPS agricoles ;

– Développer des robots autonomes sur les parcelles, comme le font des sociétés comme Naïo technologies.

Industrie lourde

Les usines manufacturières et les mines utilisent autant la géolocalisation pour se
prémunir contre le vol ou les pertes que pour prévenir les accidents des salariés
(éboulement dans une mine ou accident dans une usine).

Logistique

Dans ce secteur d’activité, la géolocalisation est utilisée depuis longtemps mais les solutions
IoT (internet des objets) modernes permettent de récupérer plus de données et d’optimiser les trajets.
Plus qu’une simple géolocalisation, les capteurs renseignent aussi sur l’intégrité de
l’expédition (température, choc, humidité).

Secteur public

Deux secteurs publics adoptent à grands pas la géolocalisation : la santé et
l’éducation. Pour les hôpitaux, il s’agit de pouvoir utiliser rapidement des médicaments, machines ou consommables, sans quoi une erreur peut être fatale.
Une solution d’asset tracking pour les hôpitaux évite notamment les problèmes de stockage (trop ou pas assez), les heures passées à rechercher du matériel égaré, et améliore l’environnement de travail (stress, tensions).
Pour l’éducation, les objets à suivre sont principalement le matériel informatique
(ordinateurs, projecteurs) ou les livres de la bibliothèque.

Retour client de l’entreprise KAEFER WANNER : « La géolocalisation nous permet de nous endormir sereinement chaque soir. »

De nombreuses entreprises font appel à une solution de géolocalisation pour sécuriser leur matériel sur des parcs, suivre les déplacements de flottes, facturer du temps d’utilisation d’équipements ou tout autre machine.

Régulièrement, TRAKmy vous propose de découvrir des témoignages d’entreprises utilisant quotidiennement une solution de traceur GPS. 

Aujourd’hui, découvrez le témoignage de KAEFER WANNER, entreprise française experte notamment dans l’isolation thermique et le montage d’échafaudages pour les professionnels. 

M. Degardin, responsable maintenance pour la société KAEFER WANNER, témoigne de son retour d'expérience sur l'utilisation de notre solution de géolocalisation.

Pourquoi vouloir utiliser une solution de géolocalisation dans votre entreprise ?

« Tout d’abord, nous voulions intégrer cette solution pour la gestion du matériel à distance. Cela nous permet de démarrer et stopper des coûts de location et ainsi facturer le loueur au réel et non plus à partir de ses déclarations. La géolocalisation nous permet aussi de sécuriser ce matériel pour éviter tout vol portant préjudice à l’entreprise. »

Comment avez-vous découvert TRAKmy et la solution de géolocalisation ?

« Sur internet via Google, c’est par là que nous avons débuté notre recherche et nous sommes tombés sur votre site assez rapidement. »

Qu'avez-vous pensé de l'offre de géolocalisation au premier abord ?

« On a trouvé l’offre très claire, et c’est d’ailleurs pour cela que l’on vous a contactés en premier. Ensuite, c’est le prix de l’abonnement qui nous a fait asseoir notre envie de vous contacter. »

Comment se sont déroulés vos échanges avec TRAKmy ?

« On s’est senti très en confiance, tout était clair avec un vrai suivi client, accompagné de démonstrations. C’était très carré et professionnel. C’est agréable d’être accompagné de la sorte quand on découvre une offre de géolocalisation. »

Quels sont les aspects qui ont fini par vous convaincre ?

« Il y a deux raisons pour lesquelles nous avons choisi votre solution. La première c’est la qualité de l’accompagnement. Willyam a toujours été très réactif à nos demandes et il a su nous présenter clairement l’application et les fonctionnalités du traceur.

La deuxième raison, c’est la plus logique : le prix ! Que ce soit celui du traceur ou celui de l’abonnement, TRAKmy fait partie des moins chers sur le marché. Et le service derrière, c’est un vrai plus. « 

Avez-vous noté des changements, positifs comme négatifs, dans votre entreprise depuis l'installation d'un système de géolocalisation ?

 » Tout à fait, nous bénéficions d’une double satisfaction. Le sentiment de sécurité qu’apportent les traceurs puisque les risques de perte de matériel causés par des vols ont fortement diminué. Mais en plus de cela, au niveau de la comptabilité, nous avons aussi une sécurité supplémentaire depuis que l’on facture au réel avec les traceurs et selon la déclaration des utilisateurs. Cela nous permet de nous endormir chaque soir sereinement. « 

Quelle solution utilisez-vous ? L'application ou la plateforme ? L'avez-vous trouvée facile à prendre en main ?

« Je n’utilise que l’application. Cela convient mieux à ce que je recherche comme utilisation, et à l’époque la plateforme web n’était pas encore très opérationnelle par rapport à aujourd’hui. Après, pour ce qui est de la prise en main, je l’ai trouvée très simple et intuitive. Je suis dessus au moins une fois par jour, et je peux moduler et gérer mes zones de sécurité comme je le souhaite et quand je le souhaite. »

Avez-vous des recommandations pour améliorer l'application ?

« Alors qu’est-ce que je pourrais rajouter (réflexion)… Avoir peut-être plus de champs de texte pour la description de la machine où on installe le traceur. Aujourd’hui, il n’y a qu’une ligne. On aimerait bien avoir la possibilité de mettre plus d’informations* comme le modèle de la machine, une plaque d’immatriculation ou encore un numéro de série. »

Dernière petite question, êtes-vous satisfait de l'offre TRAKmy ? Et est-ce que vous recommanderiez nos services à des professionnels ?

« Nous sommes très satisfaits de la solution de géolocalisation, autant de l’application que des traceurs qui sont très simples et très efficaces. Par exemple, dans certaines zones, nous pensions que le réseau ne passerait pas, et nous avons été agréablement surpris.

Nous recommandons votre solution de géolocalisation à tous les autres professionnels. Sachez que le rapport qualité/prix proposez est vraiment très bon ! » 

* : KAEFER WANNER a choisi l’offre avec l’application. Avec la solution de notre plateforme web, il est possible de rajouter plusieurs champs et d’implémenter ainsi plusieurs données (ID, caractéristiques etc.).

Si comme KAEFER WANNER vous souhaitez nous faire confiance et mettre en place une solution de géolocalisation dans votre entreprise, découvrez notre offre pour les professionnels : 

Qu’est-ce que l’asset tracking (entendez le suivi d’actifs) ?

Si vous êtes arrivés sur ce blog, c’est certainement que vous êtes un professionnel et souhaitez donc comprendre un peu plus les usages liés à la géolocalisation et à l’asset tracking. Vous êtes au bon endroit ! 😎

L’asset tracking, en français suivi d’actifs (colis, conteneur, outil, véhicule), correspond à un usage répandu chez les professionnels pour localiser du matériel grâce à l’utilisation de la géolocalisation.

Si à l’origine la géolocalisation portait sur la localisation d’un objet ou d’une personne, la technologie s’est démocratisée depuis les années 90 par les GPS automobile grand public.
Grâce à plusieurs facteurs (baisse des coûts des composants et leur miniaturisation, développement des réseaux cellulaires haut et bas débit et intensification des échanges mondialisés), elle se trouve aujourd’hui à la portée de tous.

Asset tracking : un intérêt stratégique et économique pour les entreprises

Les usages se sont alors multipliés et de nombreux secteurs économiques ont vite compris l’intérêt stratégique et économique de l’utilisation de la géolocalisation dans leurs domaines d’activité. Et l’asset tracking en fait partie !



Les exemples ne manquent pas. Citons Renault qui, en 2020, a souhaité numériser l’inventaire de ses emballages et contrôler leur géolocalisation en temps réel. C’est pourquoi l’entreprise a décidé de déployer sur ses 129 sites de production un système d’asset tracking. Objectif : arrêter les inventaires réalisés manuellement, réduire de 5 à 20% ses emballages et de 80% la logistique d’urgence liée aux accidents d’emballages.



Vous voulez savoir dans le concret si l’asset tracking peut répondre à vos besoins et quelles sont ses caractéristiques ? C’est ici que ça se passe 👇

En cliquant sur « Accepter tous les cookies », vous acceptez le stockage de cookies sur votre appareil pour améliorer la navigation sur le site, analyser son utilisation et contribuer à nos efforts de marketing. Plus d’informations View more
Accepter tous les cookies

Laissez nous votre email et nous vous envoyons tout de suite votre guide pour bien choisir votre traceur GPS